Collection de vélos

Le Cyclo-club Sainte Barbe compte parmi ses membres, un cyclo particulièrement passionné par les vélos, rien de plus normal. Cette passion ne concerne pas les technologies nouvelles et à la pointe du progrès, mais les différentes évolutions du vélo et de sa mécanique, depuis le début du XX ème siècle.
Une certaine nostalgie l'anime et ses yeux brillent de milles larmes de joie, lorsqu'il arrive à acquérir un ancêtre de nos vélos actuels. son histoire vous est raconté par lui-même, comme il l'a fait lors des récentes manifestations qui avaient lieu à Freyming-Merlebach et à Dabo, ceci à l'occasion du passage du Tour de France 2006 en Lorraine.

C'est à l'âge de 7 ans que j'ai été vacciné, vraisemblablement avec un rayon de roue de bicyclette. Mon père achetait le ''Miroir des Sports'', hebdomadaire sportif qui paraissait néanmoins 3x par semaine pendant le Tour de France. On était en 1957, j'y ai vu Jacques Anquetil se battre pour ramener sa première tunique jaune à Paris, et ma mère a dû me fabriquer un dossard n°2, et le coudre sur un polo jaune, que j'exhibais fièrement devant mes copains de jeu.
Ces journaux, je les ai mainte fois consultés, mais surtout précieusement conservés.

Ils sont le début d'une volumineuse documentation accumulée en 50 ans, et qui peut être considérée aujourd'hui, avec quelques pièces rares, comme l'une des plus intéressantes de l'Est de la France.
La consultation de ces documents m'a fait prendre conscience de l'évolution technique des cycles tout au long du XXème siècle. J'ai ensuite essayé de comprendre les mécanismes utilisés, et recherché des fiches plus techniques. Cela m'a permis de me faire une idée assez précise de l'enchaînement des innovations, nombreuses, car les constructeurs rivalisaient d'ingéniosités.

C'est donc tout naturellement que je suis ensuite passé au stade de la recherche de vieux vélos, et surtout des pièces qui permettent de les reconstruire.
Les engins présentés lors des expositions, sont le résultat d'une opération de sauvegarde, de restauration et de reconstruction. Il faut dire que lorsque j'en prends possession, ce n'est souvent qu'un tas de ferraille rouillé dont personne ne veut. Lorsque les composants ont un certain intérêt, je suis prêt à débourser quelques euros, comme ce fut le cas pour un vélo de la Wehrmacht, qui est complet.

Je me concentre presque exclusivement sur les vélos de course, car c'est bien la compétition, comme dans bien des domaines, qui est le creuset du progrès. C'est aussi dans ce domaine que les archives sont les plus nombreuses.
L'exposition de 10 vélos présentés, est la partie la plus spectaculaire des 20 vélos actuellement remis en état et présentables. Un stock d'une soixantaine, incomplets, me prend 30m² dans ma cave et fait le désespoir de mon épouse.

Chez moi sont également mis en évidence des collections de miniatures, d'outils spécifiques, des pompes à pied, des sacoches, des selles en cuir et affiches anciennes.
Concernant les miniatures, elles se trouvent telles quels dans le commerce, mais les maillots des cyclistes ont été repeints aux couleurs de l'année évoquée.

Bravo à notre ami Guy pour cette belle collection.

Haut de page